Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités -

La FCPE 69 entre dans la boucle pour la promotion du sexisme "religieux"

Par Naëm Bestandji . Publié le 26 Septembre 2019 à 11h44

La FCPE du Rhône et de la Métropole de Lyon entre dans la boucle pour enfoncer le clou sexiste, communautaire et prosélyte. Elle partage un dessin à la thématique typique des racialistes et des intersectionnelles. Preuve une nouvelle fois qu'elles sont la porte d'entrée à l'islamisme.

Ce type de dessin est inspiré par la communication visuelle des Frères Musulmans à destination des pays occidentaux. L'objectif est de banaliser le voile, faire oublier son sexisme, son côté prosélyte et politique, pour le faire passer pour un simple vêtement, en incluant une femme voilée (au teint mat, évidemment) parmi d'autres femmes qui ne le sont pas.
Cette image met au même niveau la couleur de la peau et le choix d'une idéologie "religieuse". La couleur de peau est innée et physiologique. La religion est un choix influencé par des dogmes. Sa manifestation est encadrée par la loi. On ne peut donc pas tout mettre sur le même plan… sauf chez les commerçants communautaires.

Ensuite, le voile est l'outil visible d'une idéologie politico-religieuse, l'islamisme, dont le sexisme et la diabolisation du corps féminin sont le fond de commerce. Le voilement n'est pas un signe religieux en islam. C'est un outil vestimentaire qui discrimine les femmes parce que nées femmes, sources de tentations sexuelles pour les hommes. Défendre la discrimination sexiste portée par le voile en arguant la discrimination "religieuse" est bien un concept intersectionnel. De plus, Par cette image affichée, l'islam, ou plutôt la version extrémiste de l'islam (les musulmanes non voilées ne les intéressent pas), n'est plus un choix. Tout comme le handicap ou la couleur de la peau, le voile devient un élément physique non choisi ou inné. Considéré comme un attribut physique, il est inconcevable pour la FCPE, à l'unisson avec les islamistes, qu'une femme ôte son voile pour certaines circonstances.

Ainsi, la limitation du port du voile, outil (auto) discriminant en raison du sexe, pour les sorties scolaires est considérée comme une discrimination au même titre que celles basées sur le handicap, l'orientation sexuelle ou la couleur de la peau. Cette essentialisation d'une idéologie à un groupe humain porte un nom : le racisme. Comme vision ultra sexiste, on peut difficilement faire mieux. Comme concept pédagogique à destination des enfants (ne l'oublions pas : l'école est destinée à la formation des enfants, pas au plaisir des adultes), on peut difficilement faire pire.