Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités - mosquée mixte, imame

La première prière dirigée par deux femmes imames met en rage les islamistes

Par Naëm Bestandji . Publié le 09 Septembre 2019 à 15h09

Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin dirigent une prière mixte dans une mosquée. Paris, le 7 septembre 2019. Photo : Lionel Bonaventure / AFP

Deux projets de mosquées mixtes portés par des musulmanes progressistes ont été lancés il y a quelques mois. Ces mosquées verront également des femmes imames, et non voilées, diriger la prière. J'en avais parlé à plusieurs reprises, soulignant à quel point ils sont symboliquement importants.
Je précise également que les prêches seront entièrement prononcés en français et toutes les citations en arabe seront systématiquement traduites.

L'un de ces projets vient de se concrétiser par la première prière en mixité, dirigée par deux femmes, de plus non voilées (1). L'autre projet, porté par Kahina Bahloul, est toujours en période de collecte de fonds.
Au-delà du problème financier, la difficulté est de trouver un local. Aucune municipalité ne semble être prête à les aider, dans les limites fixées par la loi de 1905, quand dans le même temps certaines de ces municipalités soutiennent l'islamisme politique au point parfois d'être en infraction avec la dite loi. C'est le monde à l'envers.

L'autre frein est évidemment l'islamisme. Depuis le lancement de ces projets, du CFCM au Frères musulmans en passant par les salafistes, tous rejettent en bloc l'idée d'une mosquée mixte où, en plus, une femme (et non voilée) dirigerait la prière. Rien n'interdit cela dans la religion musulmane. Mais comme tout ce qui concerne les femmes, les islamistes innovent pour faire croire que ce n'est pas possible. Pourquoi un tel acharnement ? Parce que, je le rappelle, les islamistes sont obsédés pas la sexualité. Ils ne voient les corps des femmes que comme des objets sexuels tentateurs. Alors des femmes, sans voiles, mélangées aux hommes pendant la prière à la mosquée, c'est beaucoup trop pour leur libido. Leur esprit sera plus occupé à fantasmer qu'à prier Dieu.

L'islam est aujourd'hui dominé par l'interprétation extrémiste. Ces musulmanes progressistes représenteraient un dangereux précédent pour les islamistes. Alors ils font tout ce qu'ils peuvent pour les en empêcher, par leurs méthodes habituelles. On tente de les discréditer. Feïza Ben Mohamed, militante islamiste de Nice, a par exemple tweeté ceci : "Quelqu’un leur a dit que le nom « Islam » est déjà pris par une autre religion ?"

Feiza Ben Mohamed s'exprime contre l'idée d'une mosquée mixte

Yasser Louati, ex porte-parole du CCIF aux multiples déclarations racistes mais qui se définit comme "antiraciste", dit la même chose, mais en y ajoutant sa dose habituelle de racisme : "Elle invente son islam de blancs pour des blancs et par des blancs, couvert par des journalistes blancs qui font d'une entreprise marginale un phénomène national."

Yasser Louati, militant raciste, s'exprime contre l'idée d'une mosquée mixte

Pourquoi cette référence à la couleur de peau ? Parce que la prière a été menée par deux femmes nommées Anne-Sophie et Eva.

Ces deux militants islamistes sous-entendent que ces musulmanes dévoieraient l'islam au point de créer une autre religion. Elles ne seraient donc plus musulmanes. C'est un coup classique. Cela permet de faire croire que tous les musulmans sont d'accord avec les islamistes qui représenteraient le vrai islam. Tout musulman voyant les choses autrement ne serait pas vraiment musulman. On peut ainsi affirmer qu'il y a consensus...

En parallèle de ces tentatives de discrédit, les insultes et les menaces pleuvent. Mais elles tiennent bon car elles savent, et elles ont raison, que de nombreux musulmans attendent la création de telles mosquées.

Comme à chacune des publications où j'aborde ce sujet, je termine par leur souhaiter bon courage.

(1) De la difficulté d'être femme imame en France, L'Obs