Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités -

Tribune de 101 Français de culture ou de confession musulmane : mon intervention aux Grandes Gueules

Par Naëm Bestandji . Publié le 25 Octobre 2019 à 11h25

Le 18 octobre, une tribune signée par 90 personnalités fut publiée dans Le Monde : "Jusqu’où laisserons-nous passer la haine des musulmans ?"
Elle part d'un bon sentiment, mais guidée par l'émotion suscitée par la scène humiliante au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Cette tribune amalgame et essentialise tous les musulmans à une vision stéréotypée de l'islam : tous les musulmans formeraient un groupe homogène, se sentiraient constamment humiliés, considéreraient que le sexisme serait normal et respectable et donc qu'une musulmane serait de facto voilée. Cela n'est pas surprenant. Parmi les signataires nous retrouvons les racialistes habituels toujours aussi motivés à défendre l'islamisme politique et son corollaire sexiste qu'est le voile.

Face à cette énième prise de position dangereusement relativiste qui légitime encore un peu plus la vision intégriste de l'islam, une autre tribune a été publiée dans Marianne le 22 octobre pour y répondre (1).

Cet appel a été signé par des citoyens français de confession et/ou de culture musulmane qui ne se reconnaissent pas dans l'interprétation de l'islam des intégristes. Une interprétation validée par une partie de la population y compris des associations et des politiques. Ces français sont directement confrontés aux islamistes. Ils subissent des pressions pour les faire taire. Pressions renforcées par les "idiots utiles" de l'islamisme et le type de tribune publiée dans Le Monde, car ils restent sourds à celles et ceux qui n'adhèrent pas à la vision obscurantiste de l'islam.

Aujourd'hui quelques-uns d'entre eux prennent la parole. J'ai accepté de signer cette tribune. Toutefois, je ne me reconnais absolument pas dans le titre (que j'ai découvert à la publication) : "l'appel de 101 musulman(e)s de France".
Je ne suis pas un "musulman de France". Je suis un citoyen français, riche d'une double culture française et maghrébine/musulmane. Dire "musulman de France" signifie que nous serions musulmans avant d'être français, qu'on nous identifie d'abord par notre islamité réelle ou supposée, que nous pourrions aussi bien être "musulmans d'Allemagne", "musulmans d'Australie" ou "musulmans de Suède" puisque nous considèrerions notre appartenance à la Oumma supérieure à notre appartenance à la communauté nationale. C'est d'ailleurs aussi pour cela que l'UOIF (Frères musulmans) s'est renommée "musulmans de France" en 2017.

Or, le fond de cette tribune dit justement l'exact contraire. Le titre est donc en décalage total avec le texte.
C'est pour cela que j'ai hésité à la partager. Mais j'assume ma signature car j'adhère pleinement au texte. J'ai donc répondu positivement à la demande de l'émission "les Grandes Gueules" sur RMC. Je suis intervenu quelques minutes au téléphone le 24 octobre 2019.
Voici un extrait de mon passage :

(1) "Le voile est sexiste et obscurantiste" : l'appel de 100 musulman(e)s de France