Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités - Laïcité, sondage

Un sondage montre en chiffre un des succès de l'islamisme politique

Par Naëm Bestandji . Publié le 03 Mars 2021 à 11h10

Source : https://www.lepoint.fr/education/sondage-les-lyceens-rejettent-majoritairement-la-laicite-a-la-francaise-03-03-2021-2416143_3584.php

Le Point publie les résultats d'une "enquête inédite réalisée [par l'IFOP] pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra" (1).

Ce sondage inquiétant montre le résultat de ce que je constate depuis des années. J'ai écrit à de multiples reprises que l'islamisme politique vise essentiellement la jeunesse. A la différence de l'islamisme djihadiste, les militants politiques considèrent qu'ils ont le temps. Ils savent qu'ils ne pourront pas, par exemple, supprimer à court terme la loi de mars 2004 sur les signes religieux à l'école. Ils comptent sur la prochaine génération pour cela. Ils misent sur le fait que les jeunes, futurs citoyens, feront évoluer, voire effaceront, la laïcité. Pour y parvenir, l'alliance avec une partie de la gauche est nécessaire. Que ce soit avec des partis politiques comme LFI, EELV ou le NPA, des associations comme Alliance citoyenne, des syndicats comme l'UNEF ou Sud Éducation, ou des individualités.

Comme je le martèle aussi depuis longtemps, le sexisme du voile sert de fil d’Ariane, de catalyseur. Le sondage en fait écho (sans que l'analyse du journal ne le décèle vraiment). C'est exactement ce que souhaitait l'islamisme politique. Obsédés sexuels et nostalgiques d'un patriarcat moyenâgeux, le sexisme du voile est depuis toujours le cheval de Troie politique des islamistes. Ils le présentent dans un emballage "religieux" pour dissimuler sa réalité sexiste, patriarcale, identitaire et politique. Et ça marche. Le sondage en rend compte. Le voile est perçu comme l'équivalent d'une croix ou d'une kippa, alors qu'il n'a rien en commun avec les deux autres.

Nous savions que la situation est grave. Je le sais depuis le début des années 2000, pour l'avoir constaté sur le terrain. Cela s'est aggravé depuis, notamment par l'adhésion croissante de non-musulmans (surtout chez les jeunes) aux discours victimaires de l'islamisme. Ce sondage montre en chiffre la réalité d'un activisme qui porte ses fruits.

(1) Sondage : les lycéens rejettent majoritairement la « laïcité à la française »