Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités - planning familial, voile

Le Planning Familial 38 défend le faux choix de la servitude volontaire

Par Naëm Bestandji . Publié le 15 Juillet 2019 à 10h53

Le Planning Familial 38 continue de faire siens les éléments de langage de l'islamisme politique en détournant le terme "liberté" pour le réduire au seul faux choix de la servitude volontaire (prônée par des hommes), la liberté d'avoir moins de liberté.

Le PF 38 répond sur Twitter à une personne qui l'a interpellé sur ce qui semble être une contradiction : "Sur votre page vous osez soutenir Nasrin Sotoudeh ! Elle qui est la voix de l’anti-voile en Iran et qui est emprisonnée pour cela. Eh là vous défendez le burkini en prônant la liberté."

Sans détailler cette contradiction flagrante, le Planning Familial ne s'interroge même pas sur ce que signifie l'emprisonnement d'une femme pour son refus de se voiler. Peu importe le pays où elle se trouve, cela apporte quand même des questionnements sur la raison d'être du voilement, sur sa charge symbolique, historique, sexiste et patriarcale. Jamais personne sur la planète n'a été emprisonné par refus du port de talons aiguilles, d'un serre-tête (pour les relativistes textiles) ou d'une croix en pendentif (pour ceux qui veulent faire du sexisme du voile un signe religieux). En dehors du voile, aucun pays au monde n'a voté de lois obligeant une partie de la population à porter un signe vestimentaire distinctif. En tout cas aucun pays depuis 75 ans…
Par contre, une des premières mesures de la révolution islamique en Iran fut le port du voile obligatoire pour les femmes, idem pour l'Arabie Saoudite. Sans parler des talibans et des islamistes algériens qui avaient égorgé de nombreuses femmes, pendant la guerre civile, en raison de leur non port du voile.

Jamais personne sur la planète n'a été emprisonné par refus du port de talons aiguilles, d'un serre-tête (pour les relativistes textiles) ou d'une croix en pendentif (pour ceux qui veulent faire du sexisme du voile un signe religieux).

Tout ceci amène à s'interroger un minimum sur la raison d'être du voilement, uniquement dévolue aux femmes pour protéger les hommes de la tentation sexuelle (aspect anecdotique pour les intersectionnelles). Mais le Planning Familial est si embourbé dans son intersectionnalité, par définition peu féministe et pro intégrisme musulman, qu'il lui est impossible d'avoir un minimum de réflexion sur la signification sexiste, et politique, du voilement. Pour lui, peu importe que le corps des femmes soit le champ de bataille politique des islamistes, obsédés par leur libido et leur machisme. Le PF reste droit dans ses bottes relativistes pour n'entendre que les femmes fanatiques qui parlent de "liberté" (de se soumettre au sexisme). Une liberté qui a été bien définie par une des islamistes qui s'étaient baignées en burqini à Grenoble :
"Le voile c'est notre [interprétation de la] religion. On est OBLIGÉE de rentrer couvertes."
Quand il y a obligation, fixée par des hommes, il n'y a pas de liberté.

Vous remarquerez d'ailleurs que seule la liberté est constamment martelée, pas l'égalité qui est utilisée à dose homéopathique. Pourquoi ? Parce que la liberté peut inclure la servitude, l'égalité la rejette. On peut choisir la servitude volontaire, l'égalité y est opposée. On peut brandir le voile comme une liberté de le porter. On ne peut pas l'invoquer comme une forme d'égalité avec les hommes.
C'est toute la différence d'approche entre le féminisme universaliste et le relativisme intersectionnel.