Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités - mosquée mixte, Kahina Bahloul

L'ambitieux projet d'une mosquée mixte, l'importance de sa réussite

Par Naëm Bestandji . Publié le 22 Juillet 2019 à 19h30

Source : 20minutes.fr

En janvier dernier, j'avais évoqué un projet de mosquée mixte à Paris, porté notamment par une musulmane soufiste et un musulman rationaliste. Hommes et femmes prieront ensemble. Les prêches se feront en alternance avec un imam et une imame.
Ces musulmans ne reconnaissent évidemment pas le voile comme prescription religieuse. Comme je ne cesse de le dire, seuls les islamistes le prescrivent par sexisme et obsession sexuelle.

A l'époque, j'avais exprimé une certaine inquiétude : "Ce qui est certain en revanche sera la réaction négative des islamistes. C'est la 1ère fois qu'une telle mosquée ouvrirait en France. Les intégristes feront tout pour la faire échouer. L'islam des Lumières les aveugle. Ils préfèrent l'obscurantisme."

Cela s'est confirmé. Kahina Bahloul, l'islamologue et imame porteuse du projet, a donné une interview au Parisien (1). Elle y évoque l'absence de soutien du CFCM (puisque gangréné par les Frères Musulmans et une partie de l'islam consulaire) et quelques menaces sur les réseaux sociaux.

Plus inquiétant, l'État et les collectivités locales sont indifférents à ce projet, plus préoccupés à se rapprocher des Frères Musulmans auto proclamés représentants des musulmans. Les porteurs du projet n'ont même pas encore pu trouver un local. Un comble quand on connait les compromissions de certaines villes avec leurs islamistes locaux au mépris de la loi de 1905.

Ces musulmans ne reconnaissent évidemment pas le voile comme prescription religieuse. Comme je ne cesse de le dire, seuls les islamistes le prescrivent par sexisme et obsession sexuelle.

On me demande souvent comment annihiler l'islamisme. Je réponds que la solution ne peut venir que de l'intérieur de l'islam par une réforme de cette religion. Tant que ce ne sera pas le cas, les islamistes seront les principaux interlocuteurs des pouvoirs publics. Il est donc dans l’intérêt de tous de soutenir ce type d'initiatives, comme cet autre projet de mosquée mixte porté par d'autres musulmans progressistes. J'espère que l'État et les collectivités finiront pas le comprendre.

Je souhaite bon courage à Kahina et ses partenaires musulmans progressistes. Entre les pressions des islamistes, celles de non musulmans qui ne manqueront pas de les décrédibiliser aussi, et l'indifférence des collectivités et de l'État, il leur en faudra beaucoup.

(1) Kahina Bahloul, première imame de France: «Mon parcours est un symbole du renouveau de la pensée musulmane»