Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

actualités -

Un appel initié par les islamistes du CCIF est publié dans Libération

Par Naëm Bestandji . Publié le 01 Novembre 2019 à 20h11

Photo prise à Argenteuil, le 22 juin 2013, par Albert Facelly pour Libération.

Nouvelle tribune publiée dans Libération qui désire faire de "l'islamophobie" (la peur de l'islam) un racisme et des islamistes de simples musulmans (1).
Nouvel exemple de cette tenaille identitaire où sont pris l'ensemble des français de confession musulmane essentialisés à leur religion et à la vision intégriste et victimaire de l'islam promues par les islamistes.

Les deux principaux initiateurs de cette tribune sont le CCIF et Madjid Messaoudene.

Le CCIF, association d'extrême droite musulmane issue de l'idéologie des Frères musulmans, a vécu la stupidité de l'élu RN au Conseil régional de Bourgogne comme une aubaine. Comme je l'avais signalé dès le départ, le CCIF exploitera cette occasion inespérée jusqu'au bout, jouant toujours sur la corde la plus larmoyante et victimaire possible. L'opportunité est trop belle pour ne pas en profiter afin de promouvoir le sexisme identitaire et politique du voile comme un simple "foulard", et l'idée que le blasphème envers l'islam serait un racisme à travers la fusion entre la peur de l'islam (islamophobie) et l'hostilité envers les musulmans.

Madjid Messaoudene, conseiller municipal à l'égalité femme/homme de Saint-Denis, est adhérent du CCIF. Il n'a de cesse de défendre le sexisme du voile et l'islamisme politique. Il avait reconnu, sans s'en rendre compte (c'est dire le niveau), que le CCIF tient des propos d'extrême droite. Mais son rejet des valeurs républicaines, dont la laïcité, son féminisme qui ne dépasse pas l'étiquette sur la porte de son bureau, et son absence totale de boussole politique, font de lui un des liens les plus efficaces entre une partie de l'extrême droite musulmane et une partie de la gauche. Là encore et comme toujours avec les islamistes et leurs soutiens, le sexisme du voile lui sert de support politique.
Madjid Messaoudene avait déjà tenté un tel appel le 4 octobre 2019, toujours publié dans Libération. Par cette tribune, j'avais démontré toute la dangerosité de l'emploi du terme "islamophobie" (2).

Parmi les signataires, nous pouvons observer celles de Benoit Hamon, fondateur de Génération-s, et Caroline de Haas, militante féministe. Le nom de cette dernière est juste à côté de celui de Marwan Muhammad, ex directeur du CCIF qui a exprimé à plusieurs reprises sa vision rétrograde, patriarcale et sexiste de la femme musulmane (3). Signer un tel appel, initié par l'une des associations les plus réactionnaires et sexistes de France qui a pour ambition d'essentialiser tous les musulmans, montre la dérive de Caroline de Hass dont le féminisme s'arrête au respect du sexisme de l'intégrisme musulman.

Les signataires de l'appel initié par le CCIF

Ces signatures ne sont que quelques exemples parmi d'autres signataires, aux côtés également de la plateforme "L.e.s. Musulmans" (autre initiatrice de cet appel) qui s'inscrit dans la lignée du CCIF et compte dans ses rangs le salafiste Nader Abou Anas. Ce dernier considère les corps des femmes comme des objets sexuels et milite pour le voilement des musulmanes afin de les protéger des "loups" que seraient les hommes. Tous ces signataires montrent une nouvelle fois, tout comme le fait que Libération ait accepté de publier ce texte dans ses colonnes, les liens existants entre une partie de l'extrême droite musulmane et une partie de la gauche.

Sous la pression politico-religieuse et coups de boutoir identitaires des islamistes qui tentent de convaincre "les musulmans" qu'ils sont persécutés, notre pays se clive tous les jours un peu plus. Ces personnes attisent les braises que leurs aînés (tels Tariq, Hani Ramadan et d'autres) avaient allumées. Cette tribune comme les autres, sans compter les manifestations récentes organisées par des racialistes en soutien aux islamistes qu'ils nomment simplement "musulmans", nous rapprochent tous les jours un peu plus d'une déchirure irrémédiable qui ne verra qu'un seul vainqueur : le Rassemblement National.

(1) Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie !
(2) Islamistophilie et sexisme "religieux" à gauche : halte à l'aveuglement, à la complicité
(3) La nudité pour un yaourt ou le voile pour la "pudeur" : la femme selon le CCIF