Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

dossiers - Burqini - Alliance Citoyenne

La campagne d’Alliance Citoyenne pour discréditer Naëm Bestandji (1ère partie)

Par Naëm Bestandji . Publié le 10 Juillet 2021 à 11h13

(2ème partie)
(3ème partie)

Depuis plusieurs semaines sur Twitter, Alliance Citoyenne multiplie les attaques contre moi à coups de torsions des faits, de mensonges et même d’insultes. Cette fois, elle tente de se hisser sur mon terrain. Elle s’essaye à la rédaction d’un texte argumenté publié sur son blog (hébergé par Mediapart) le 2 juillet 2021 (1). Il est censé montrer mon « imposture », mon « manque de rigueur scientifique » et ma « malhonnêteté intellectuelle ». Rien que ça. Le titre, qui se termine par « saison 1 », laisse planer la menace que d’autres attaques avec les mêmes méthodes suivront. Pour abattre ma réputation, l’association ne manque pas d’imagination pour tenter de me rattacher par tous les moyens à l’extrême droite. Pire encore, elle va jusqu’à m’accuser de m’ « en prendre régulièrement aux femmes musulmanes qui portent le voile ». Quand on sait que des djihadistes menacent de mort pour moins que ça, Alliance citoyenne vient de m’accrocher une cible dans le dos.

Alliance Citoyenne diffame Naëm Bestandji

Alerter sur sa dangerosité, comme je le fais depuis 2019, pointer son désir de retour vers le passé concernant la mixité, son sexisme, sa vision islamiste des femmes, ne lui plaît évidemment pas. Je suis un gros caillou dans la chaussure de cette association réactionnaire qui peine à convaincre malgré ses actions, malgré une vitrine qui se veut tolérante et moderne pour cacher son arrière-cour idéologiquement totalitaire et rétrograde.

Au-delà de la visée de ma personne, ses tweets et son texte sont intéressants à analyser car ils permettent de comprendre comment construire un récit mensonger pour discréditer, disqualifier un adversaire quand il est impossible de défendre l’indéfendable. Pour bien les saisir, il est nécessaire de les resituer pour analyser le fond. A travers cela, c’est également l’occasion, encore une fois, d’expliquer une bonne partie de la stratégie de communication d’Alliance Citoyenne. Pour être le plus exhaustif possible, mon article est divisé en trois parties. Le texte de l’association à mon encontre est le point culminant d’une série d’attaques qu’elle a fomentées sur Twitter (1ère partie). L’association use, comme d’habitude, de la rhétorique d’inversion : elle m’accuse d’ « accointances avec l’extrême droite » alors qu’elle est elle-même alliée à l’extrême droite musulmane (2ème partie). L’ensemble de ce contexte a produit un texte dont le fond est aussi mensonger que le reste (3ème partie).

8 juin 2021 : la 1ère offensive et l'usage d'emblée de la rhétorique d'inversion

Alliance Citoyenne répond à Naëm Bestandji en inversant la situation

La première salve fut lancée le 8 juin 2021. Alliance Citoyenne utilise d’emblée la rhétorique d’inversion en reprenant le contenu d’un de mes tweets. De plus, toujours fidèle à la communication inspirée des Frères musulmans, l’association retourne également la suite : les islamistes et leurs partenaires tels Alliance Citoyenne sont accusés, à juste titre, de fracturer la société et de contribuer au repli communautaire. Comme souvent, l’association récupère ces mots pour les faire siens et les retourner : « La ligne islamophobe (…) fracture la société et contribue au repli communautaire ». Ce n'est plus l’apartheid sexuel de l'islamisme ni cette idéologie qui fracturent la société et contribuent au repli communautaire. Ce sont leurs adversaires universalistes, accusés d’atteinte à l’islam (« islamophobie ») qui en seraient responsables... C’est un classique de la rhétorique d’inversion dont le CCIF était maître en la matière.

Depuis ses premières actions politico-sexistes dans les piscines en mai 2019, Alliance Citoyenne récupère des éléments de langage ici et là pour en faire des slogans marketing. L’idée est toujours de présenter un narratif pour cacher la réalité islamiste du sexisme du voilement des femmes. L’objectif est de séduire autant que culpabiliser. Ainsi, le premier détournement fut l’instrumentalisation de Rosa Parks et la revendication de droits civiques spécifiques aux « femmes musulmanes » : « Rosa Parks à la piscine / Droits Civiques des femmes Musulmanes ». Cette récupération est une insulte à la mémoire de cette grande dame. Face au tollé, et aux explications (dont les miennes) démontrant l’inanité d’une telle comparaison, Alliance Citoyenne cessa progressivement de la citer. Idem pour les droits civiques : cette revendication communautariste, qui vise à fracturer la société, est anticonstitutionnelle. La République n’accorde aucun droit civique spécifique car elle ne reconnaît que des citoyens. Enfin, parler « des femmes musulmanes » dans l’absolu est là pour assigner toutes les musulmanes à la frange extrémiste de l’islam (une habitude que l’on retrouve dans les discours islamistes), se servir d’elles comme bouclier idéologique. Toutes les musulmanes seraient voilées et désireraient se baigner en burqini dans les piscines municipales. Il n’y a rien de mieux pour effrayer les Français et favoriser l’hostilité envers les musulmans. Face à mes alertes, et celles d’autres personnes, Alliance Citoyenne modifia légèrement son logiciel en précisant plus tard « les femmes musulmanes voilées ». Sans pour autant renoncer, de temps à autre, à parler « des femmes musulmanes » tout court.

Puis, au gré du vent, Alliance Citoyenne récupère d’autres termes : à l’époque où la notion de république est revenue sur le devant de la scène, l’association la reprend à plusieurs reprises pour promouvoir le burqini et le voile en général ; puis ce fut le tour du mot « séparatisme » qu’elle récupéra également pour le retourner, même chose lorsque le débat glissa vers la laïcité, etc. Récemment, comme évoqué plus haut, elle a récupéré et inversé « repli communautaire ». Aujourd’hui, c’est le féminisme qu’elle détourne. Elle prend puis abandonne, selon l’air du temps, les termes du moment. Cela donne l’apparence d’un désordre voire d’une absence d’ossature idéologique et intellectuelle. C’est en partie vrai, mais en partie seulement. Car la constante est l’avancée de l’islamisme à travers le corps des femmes. Le voile et sa déclinaison aquatique en sont les outils matériels, le détournement sémantique en est la sève.

L’anathème « ami du Printemps Républicain »

Toujours dans ce tweet, Alliance Citoyenne évoque « [mes] amis du Printemps Républicain ». Pourquoi mentionner le PR, qui tombe comme un cheveu sur la soupe ? Partageons-nous la même vision de la laïcité et des valeurs républicaines ? Oui. Arrive-t-il à des membres de partager mes tweets ? Oui. Suis-je d’accord avec tout ce que dit et écrit le PR ? Non. Suis-je membre de cette association ? Non plus.
Mes « amitiés », sur le plan relationnel et de terrain, sont à chercher du côté de Charlie Hebdo. Entre les quelques articles du journal qui s’appuient sur plusieurs des miens, mes liens de terrain avec la journaliste qui était venue à Grenoble pour écrire un article sur le burqini, les partages fréquents de mes tweets par des membres de la rédaction du journal ; mais aussi mon long témoignage (justement sur les offensives d’Alliance Citoyenne, notamment par la leader islamiste des actions burqini) dans un livre sur la laïcité toujours co-écrit par des membres de la rédaction. Seulement, cela ne colle pas avec le narratif que veut imposer Alliance Citoyenne. Les soutiens que m’apportent également des militants du PCF (dont certains sont des connaissances), des membres du PS, des écologistes, des membres de Lutte Ouvrière, des féministes universalistes, des laïques, des libertaires, mais aussi des citoyens du centre et de la droite républicaine, ne collent pas non plus avec son logiciel.

Ainsi, mes « amis du Printemps Républicains », avec qui je partage des valeurs universalistes, ne le sont pas plus que les autres, voire moins sur le plan des contacts humains. Alors pourquoi les mentionner et vouloir en faire « mes amis » ? Parce que le PR est l’épouvantail des islamistes et d’une partie de l’extrême gauche. A leurs yeux, il serait même pire que l’extrême droite nationaliste. Être « ami » avec lui est donc censé être une accusation infamante. Mais ce n’est pas suffisant pour Alliance Citoyenne : deux jours plus tard, dans une nouvelle attaque sur Twitter, l’association ne m’accuse plus seulement d’être « ami » mais cette fois d’être « le blogueur du Printemps Républicain ».

Accusations mensongères d'Alliance citoyenne contre Naem Bestandji

Elle va jusqu’à reprendre cette « accusation » dans le titre de son texte du 2 juillet. Dont acte : si je suis le blogueur du PR, cela veut dire que mon blog lui appartient, ou bien que je suis salarié de l’association, ou bien que j’en suis adhérent et qu’il m’a été délégué la gestion du blog. On peut même essayer de tirer sur la corde : cette accusation pourrait s’appuyer sur des articles faisant l’apologie du PR que j’aurais écrits et publiés sur mon blog. Cela ne prouverait pas que je suis le « blogueur du PR », mais ce serait un fil ténu et fragile sur lequel s’appuyer. Bref, quelle que soit l’hypothèse, les sources (administratives, rédactionnelles, matérielles) qui prouveraient cette accusation seraient foisonnantes. Or, Alliance Citoyenne ne produit aucun élément accréditant ses dires. Il lui suffit de l’écrire pour que, par un coup de baguette magique, cela paraisse vrai. Et pour qu’un mensonge devienne une vérité, il faut le marteler encore et encore. Ce qu’elle fit à plusieurs reprises depuis le 8 juin 2021 et répéta à trois reprises entre le titre et le préambule de son texte du 2 juillet.

Pour qu’un mensonge devienne une vérité, il faut le marteler encore et encore.

Sans argument pour défendre l’indéfendable, cette méthode mythomaniaque est un classique pour tenter de disqualifier un adversaire. C’est le même procédé que l’accusation d’être « d’extrême droite »… évidemment utilisé par Alliance Citoyenne.

La tentative de me rattacher à l'extrême droite : un classique de la diabolisation pour disqualifier

Dans cette seconde salve du 10 juin 2021, l’association déclare également que j’aurais des « accointances avec l'extrême droite ». Sur quoi s’appuie-t-elle alors que toutes les valeurs que je défends y sont opposées ?
Le 8 juin, j’ai publié un tweet et un texte sur Facebook pour évoquer la suppression de l’amendement anti-burqini à l’initiative des députés PS. Ils furent relayés 24h plus tard par Céline Pina et nos publications reprises par le journal Valeurs actuelles. Comme je l’ai plusieurs fois écrit, être repris par l’extrême droite est un risque encouru par tous les citoyens de gauche, du centre et de droite qui travaillent sur l’islamisme et/ou le dénoncent. Cela explique d’ailleurs en grande partie pourquoi des associations et individus de gauche sont tétanisés sur ces questions, laissant ainsi justement le champ libre à l’extrême droite. Cette accusation est ridicule quand on sait que j’ai été victime de l’extrême droite, comme beaucoup de personnes d’origine étrangère vivant dans les quartiers populaires, que j’ai lutté toute ma vie contre l’extrême droite nationaliste, et aujourd’hui contre l’extrême droite musulmane à laquelle Alliance citoyenne souscrit. Être assimilé à l'extrême droite n'a pour but que l'infamie pour disqualifier la personne visée.

Les attaques d’Alliance citoyenne ne s’arrêtent pas là. Dans un tweet du 15 juin, elle passe du mensonge politique à l'insulte personnelle : j’aurais une « obsession malsaine pour les femmes ».

L'insulte pour argument, telle est la nature d'Alliance Citoyenne

Alliance citoyenne insulte Naem Bestandji

Ceci a bien été écrit sur le compte Twitter de l’association, pas sur le compte personnel d’une de ses militantes, pour donner à cette insulte un caractère officiel. Tenter de me disqualifier politiquement, et maintenant humainement par cette atteinte à mon honneur, est sa seule possibilité face à son incapacité à justifier sa défense de l'accessoire vestimentaire le plus sexiste de l'histoire. Quand on n’a pas d’arguments, il ne reste que l’insulte. Voilà le visage de l'alliance, de sa love story avec l'islamisme.

Ce sont les islamistes qui, sexuellement obsédés, « s'occupent des cheveux des autres » (des femmes). C'est bien pour cela qu'ils prescrivent le voile, afin de cacher l’objet de tentation.

L’ironie est qu’elle réagit en miroir inversé. Par ses divers liens avec l’islamisme politique, son adoption de sa stratégie de communication et de son outil sexiste qu’est le voile, Alliance citoyenne est proche de l’extrême droite musulmane. De plus, pour reprendre la teneur de son tweet, ce sont les islamistes qui, sexuellement obsédés, « s'occupent des cheveux des autres » (des femmes). C'est bien pour cela qu'ils prescrivent le voile, afin de cacher l’objet de tentation, et qu'Alliance citoyenne en est un des relais. Cette association ne s'agace pas des « voileurs », mais de ceux qui luttent contre leur idéologie totalitaire.

Tous les moyens sont bons pour me rattacher coûte que coûte à l'extrême droite

En roue libre, sans la moindre éthique, elle poursuit encore et encore ses attaques. Pour tenter d’enraciner au maximum dans les esprits que je serais « d’extrême droite », Alliance Citoyenne utilise les méthodes les plus sournoises pour tenter de m’y rattacher coûte que coûte. Ainsi, deux jours seulement après sa dernière salve, elle tweet le 17 juin sur son compte officiel un message qui s'appuie sur un compte troll. Tout est bon pour lancer la rumeur. Voici comment elle s’y prend :

"Louise de France" commente le tweet d'Alliance citoyenne

Ses multiples attaques et insultes suscitent des réactions pour me soutenir. Une féministe universaliste a notamment répondu au tweet insultant d’Alliance citoyenne : total soutien bien sûr à @BestandjiNaem ! Merci pour sa vigilance et ses combats !. Une anonyme « française de souche » lui répond à son tour : Nous aussi au RN soutenons Naem et le remercions pour tout le travail qu'il fait et que nous faisons exactement comme lui.

Il n’en fallait pas tant pour qu’Alliance citoyenne se saisisse de l’occasion pour poursuivre sa campagne ciblée. Elle capture uniquement la phrase de cette anonyme pour dire ceci : Valeurs Actuelles, le RN, Gilles Clavreul, franchement Naem Bestandji, le blogueur islamophobe a le fan club le plus tolérant de France. Derrière les discours prétendument de gauche, se cache une idéologie d'extrême droite. L'imposture ne dupe plus personne.

Alliance Citoyenne ment

Ce compte sur lequel s'appuie Alliance citoyenne est un faux compte appartenant à un vrai raciste. Il diffuse le même message à d'autres adversaires historiques de l'extrême droite.

"Louise de France" ment sur l'UEJF

"Louise de France" ment sur Marika Bret

L'idée est de jouer d'ironie pour discréditer ses opposants et faire croire que les idées du RN seraient partagées par tous. Sans aucun scrupule, Alliance citoyenne le détourne pour faire croire que, réellement, je serais soutenu par l'extrême droite. Encore une fois, l’objectif de toutes ses attaques est que la rumeur prenne, s’enracine, pour me nuire. C'est son seul moyen pour tenter de discréditer les écrits de son premier opposant.

Qu'une association, qui prétend « agir contre les injustices », s'emploie à cela et utilise des méthodes de barbouzes pour y parvenir est particulièrement choquant. C'est aussi à ça qu'on reconnaît les fanatiques vides d'arguments et remplis de totalitarisme.

L’objectif de toutes ses attaques est que la rumeur prenne, s’enracine, pour me nuire.

Alliance citoyenne n’a rien d’autre que cela pour tenter de me poser cette étiquette. Cette accusation est si ridicule qu’elle ne la reprend pas dans son texte de blog du 2 juillet. Mais elle rappelle quand même que je serais mis « en avant sur les plateaux de télévision et dans la presse d’extrême-droite ». Ses sources ? Trois citations dans Valeurs actuelles depuis que j’ai commencé à écrire en 2016, et trois passages à l’antenne de CNews. Julien Dray (PS), David Guiraud (LFI), Laurent Joffrin (ex directeur de la rédaction et de la publication de Libération) et quelques autres personnalités de gauche passent plus souvent sur CNews en une semaine que moi en cinq ans. Si mes trois passages suffisent à me poser l’étiquette de « accointances avec l’extrême droite », Julien Dray, Laurent Joffrin, David Guiraud and Co en serait alors des agents actifs et zélés. Même une militante d’Alliance citoyenne était intervenue sur CNews en 2019 dans le cadre d’un reportage sur le burqini pour y déclarer : « C’est notre religion. On est OBLIGÉES de rentrer couvertes [à la piscine] »…

Alliance Citoyenne est soutenue par une partie de l'extrême droite musulmane

Alliance Citoyenne invente, ment, déforme en permanence pour tenter de faire entrer des carrés dans des cercles. Le plus incroyable est que, là encore, elle joue de la rhétorique d’inversion. Les tweets de cette association sont partagés par une partie de l’extrême droite musulmane. Des comptes qui soutiennent et partagent Alliance citoyenne sont les mêmes qui soutiennent et partagent les articles et les tweets de Idriss Sihamedi (ex-président de l’association salafiste BarakCity aujourd’hui dissoute par l’État, et condamné en mars 2021 pour injures racistes) et du CCIF. Prenons pour exemple récent le compte de « mouadib ». Il a retweeté le texte contre moi du 2 juillet. Cet anonyme est un antisémite notoire qui sait se montrer verbalement violent.

L'antisémite Mouadib retweete Alliance Citoyenne

Mouadib, antisémite 1

Mouabid, antisémite 2

En reprenant le « raisonnement » d’Alliance citoyenne, les antisémites tels que « mouadib », les racistes, les islamistes qui partagent ses tweets seraient des « amis » de l’association et elle aurait des « accointances » avec eux. On ne peut évidemment pas reprocher à Alliance Citoyenne d’être récupérée par cette « fachosphère » ni d’être responsable des personnes qui la retweetent. Une précaution et une honnêteté intellectuelle que cette association n’applique pas pour autrui. Par contre, elle partage les tweets de certains d’entre eux, a travaillé avec le CCIF et a pour partenaires officiels des associations issues des Frères musulmans, comme l’EMF ou le centre culturel musulman de Grenoble. Elle compte même en son sein au moins une militante islamiste et une militante qui ne voit aucun problème à l’expression du racisme à mon encontre sur sa page Facebook.

(2ème partie)
(3ème partie)

(1) L'imposture Naëm Bestandji, blogueur du Printemps Républicain. Saison 1