Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

dossiers - Compromission et relativisme politique

Le "P’tit Libé !" se fait le relais de la propagande victimaire et sexiste de l'islamisme

Par Naëm Bestandji . Publié le 28 Octobre 2019 à 13h09

Source : https://twitter.com/LePtitLibe/status/1187660592234061824?s=20

Le "P’tit Libé !", créé en octobre 2015, est une variante hebdomadaire du journal Libération. Il s'adresse aux enfants de 7 à 12 ans. Il a pour ambition de les "aider à devenir [des petits citoyens éclairés]" en leur expliquant "en profondeur un sujet dont on entend parler dans les médias «des grands»".

Le numéro 125 (du 25 au 31 octobre 2019) a pour titre "le racisme envers les musulmans en France" (1).

En ciblant les enfants de la même manière que le fait parfois la propagande islamiste, voici un énième cas de l'alliance entre une partie de la gauche et de l'extrême droite musulmane. Explications en image de la dangerosité de ce numéro :

Le "P’tit Libé !" s'est rapproché d'une association réactionnaire qui promeut une version extrémiste de l'islam : le CCIF. Cette association use de la stratégie politique des Frères musulmans en Europe : essentialisation des musulmans, sexisme du voile, victimisation et suprématisme.

Le journal reprend ainsi tous ses codes : il parle de "foulard" au lieu de "voile" pour le banaliser, montre son faux côté religieux pour ignorer sa raison d'être sexiste et politique. Le journal transmet aux enfants que le voile, outil de discrimination sexiste, serait banal.

Le voile islamiste serait religieux

Quelques exemples de la signification du voile

Toutes les justifications du port du voile sont sexistes. En voici quelques exemples par des imams et théologiens.

La banalisation du voile par le "P’tit Libé !" amène le journal à ne montrer que des musulmanes voilées dans son numéro (donc musulmane=voile), y compris ce qui semble être une enfant (puisque le journal s'adresse aux enfants). Il adopte ainsi le code visuel des sites islamistes.

Similitude entre l'image du P'tit Libé et celle de sites islamistes

Par cette banalisation du sexisme du voile,le journal participe à la stratégie de l'islamisme politique : habituer les petites musulmanes au voile pour ne pas qu'elles se "rebellent" une fois adolescentes. Pour cela, "le travail doit commencer très tôt", comme expliqué dans la vidéo ci-dessous (extrait d'une émission animée par Asif Arif).

Le journal parle aussi de "vivre ensemble". Or, sa référence, le CCIF, use justement du sexisme du voile pour diviser la société entre "eux" (français/françaises impudiques) & "nous" (musulmanes qui se respectent). Le CCIF a illustré ce sexisme identitaire qui n'a rien de religieux par une image régulièrement utilisée dans les sphères islamistes, celle de la française si impudique qu'elle serait prête à se mettre nue pour vendre un yaourt.

L'analyse complète de cette séquence est dans mon article "La nudité pour un yaourt ou le voile pour la "pudeur" : la femme selon le CCIF" (2).

Le "P’tit Libé !" fait siens la propagande et le désir du CCIF : peur de l'islam (islamophobie) = "racisme envers les musulmans". Cela permet d'essentialiser tous les musulmans à une "ethnie", de faire passer les islamistes pour de simples musulmans et d'espérer faire de la critique de l'islam(isme) un délit.

Le P'tit Libé fait sien la propagande du CCIF

Par son rapprochement avec le CCIF, qui n'en espérait pas tant pour trouver un nouveau vecteur de diffusion de son idéologie politique, voici la confusion que le "P’tit Libé !" veut instiller dans l'esprit des enfants à travers sa promo du terme "islamophobie" :

Le journal veut donner une leçon de laïcité aux enfants. En même temps, il cite une militante du CCIF, association politico-religieuse, donc antilaïque. Ses infractions à l'article 26 de la loi de 1905 sont d'ailleurs légion par ses meetings politiques dans des mosquées. La dernière n'est pas passée.

L'infraction du CCIF à l'article 26 de la loi de 1905

Le "P’tit Libé !" souhaite aussi donner une leçon contre les discriminations. Or, son partenaire de pensée (le CCIF) est officiellement soutenu par des Frères musulmans et des salafistes, tous sexistes et homophobes (3). Un parmi d'autres est le prédicateur salafiste Hassan Bounamcha. Il s'est rendu célèbre dans les milieux islamistes pour ses prises de paroles radicales. Il exprime son "amour" pour les homosexuels ainsi : Vous avez vu le séisme qu’il y a eu dans les années 80 à San Francisco ? C’est la ville dans les années 80, si ma mémoire est bonne, qui représentait 3 millions de gays. 3 millions de gays, d’homosexuels ! 3 millions, c’est un tiers de la Tunisie ! Allah a envoyé un châtiment spécial : tremblement de terre, en quelques secondes des milliers de morts (4).

Le CCIF n'y voit aucun problème,le "P’tit Libé !" non plus ?

Pour finir avec une cerise sur le gâteau,le journal veut faire croire aux enfants que les musulmans auraient leur propre Dieu : Allah. Or, il n'est que la traduction en arabe du mot "Dieu". Les trois monothéismes partagent le même Créateur et la plupart des prophètes.

Le P'tit Libé fait croire aux enfants que les musulmans auraient leur propre Dieu.

Le P'tit Libé fait croire aux enfants que les musulmans auraient leur propre Dieu.

Ainsi, par ignorance et relativisme, le "P’tit Libé !" flirte avec des islamistes pour passer un message victimaire aux enfants : le problème ne serait pas les signes "religieux" ostentatoires et les revendications de l'intégrisme, ni son corollaire sexiste (dont le voile est l'aspect visible) et ses actes politiques. Le problème serait le suivant : les Français rejetteraient la race musulmane.

Selon le P'tit Libé, les Français rejetteraient la race musulmane.

(1) Le racisme enveres les musulmans en France
(2) La nudité pour un yaourt ou le voile pour la "pudeur" : la femme selon le CCIF
(3) Le CCIF et l'homophobie : un faux silence, une vraie caution (2ème partie)
(4) Hassan Bounamcha - La jeunesse entre vice et vertu - Rappel islam

Compromission et relativisme politiqueTous les articles