Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

dossiers - Compromission et relativisme politique - FCPE, voile, laïcité, Rodrigo Arenas

Lettre ouverte à Rodrigo Arenas, président de la FCPE

Par Naëm Bestandji . Publié le 27 Septembre 2019 à 15h15

Suite aux multiples réactions hostiles à l'affiche de la FCPE mettant en scène une femme voilée, Rodrigo Arenas, président de la FCPE, a accordé un entretien à L'Obs (1).
Choqué par votre dissonance cognitive, et vos propos qui en découlent, je tenais à m'adresser directement à vous Monsieur Arenas.

Vous avez en partie raison sur un point : la loi permet aux "mamans" (quid des papas dans votre logiciel ?) d'accompagner les élèves vêtues comme elles le souhaitent. Mais, par son flou juridique, elle permet aussi d'interdire tout signe politique, religieux ou discriminant comme le sexisme, lorsque des parents encadrent des élèves pour aider les enseignants. Le voile réussit l'exploit de réunir tout cela dans un même accessoire vestimentaire. Une maman qui encadre une sortie scolaire n'a pas le même rôle que lorsqu'elle va chercher son enfant à l'école ou rencontre un professeur lors d'un conseil de classe.

Vous martelez que vous respectez la laïcité comme un accusé désespéré martèle son innocence. La laïcité ne se réduit pas qu'à une approche juridique. Elle est d'abord et avant tout un principe. Si, sur le plan juridique vous avez (en partie) raison, vous avez tort sur le fond. A l'école, la laïcité a pour principe de protéger l'élève, futur citoyen, de toute influence politique ou religieuse afin de lui permettre de se forger un esprit critique pour s'émanciper de tous les dogmes qu'il côtoie en dehors du temps scolaire et de choisir sa propre voie. C'est pour cela que ce temps doit être sanctuarisé. Autoriser des adultes, affublés de leurs panoplies politique et/ou religieuse, à encadrer les élèves va à l'encontre de ce principe.

La laïcité ne se réduit pas qu'à une approche juridique. Elle est d'abord et avant tout un principe.

Quel exemple pédagogique donner aux élèves de faire croire qu'une femme devrait se cacher sous un voile pour apaiser la libido des hommes, que montrer ses cheveux, ses oreilles ou son cou serait "impudique", et dont les hommes seraient dispensés ? L'islam ne prescrit pas le voile, les intégristes musulmans si. C'est pour cela qu'aucun de leurs arguments n'est spirituel. Tout tourne autour de la sexualité dont les corps des femmes sont le totem. Elles sont considérées comme des objets sexuels, sources de tentation, qui devraient se cacher sous un voile pour ne pas attirer les animaux que seraient les hommes. Ces derniers sont comparés à des loups ou des mouches dont les femmes seraient les proies et le voile la protection. Je n'invente rien. Je ne fais que reprendre les arguments de ceux qui prescrivent le voilement. Voilà le message pédagogique que vous souhaitez transmettre aux élèves. Et quel message cela envoie aux enfants dont les mamans ne sont pas voilées ? Elles seraient "impudiques" ? Elles ne "se respecteraient" pas ? Elles dévoileraient leur "beauté" à "n'importe qui", comme le disent les islamistes ? Quel message, enfin, est envoyé aux élèves garçons et filles ? Que l'apartheid sexuel serait normal ?
Le voile a été créé pour stigmatiser, hiérarchiser et discriminer la moitié de l'humanité en raison de son sexe. Afficher une jeune maman au large sourire portant un voile coloré ne change rien à sa raison d'être et lui assure une belle promotion.

Dans votre entretien, vous dites pourtant être féministe. J'ai du mal à saisir votre concept. Se prétendre féministe et faire la promotion de son linceul…

Comment pouvez-vous déclarer être féministe alors que des Algériennes ont été égorgées pendant la guerre civile parce qu'elles ne portaient pas de voile ? Comment pouvez-vous déclarer être féministe quand des Iraniennes sont emprisonnées parce qu'elles refusent de se soumettre au voilement dans l'espace public ? Le fait que tant de situations dramatiques existent dans d'autres pays signifie que le voile n'est pas un simple accessoire vestimentaire ni même un signe religieux, mais bien un symbole d'oppression des femmes. Il ne change pas de signification en franchissant les frontières. Le seul argument commun à toutes celles et ceux qui défendent le port du voile est de brandir le "libre choix", en occultant comme toujours le processus qui a mené à ce "choix". Le sexisme du voile est prescrit par des hommes pour satisfaire des hommes qui prétendent parler au nom de Dieu. Que des femmes s'en réclament ne change pas sa nature. Depuis toujours des femmes sont actrices de leur propre oppression. Vous avez le droit de soutenir cela. Mais le faire au nom d'une fédération de parents d'élèves en vous prétendant féministe, et par la même en stigmatisant la majorité des musulmanes qui, elle, n'est pas voilée, est particulièrement choquant.
"Nos statuts sont très clairs. Si des adhérents tiennent des propos discriminants sur la base du sexe, (…) nous sommes tout à fait fondés à les exclure". Si vous mettiez en pratique ce que vous avez déclaré à L'Obs, je suppose que vous et les membres de la fédération à l'origine de cette affiche allez être exclus ?

Vous rejoignez celles et ceux qui soutiennent le sexisme islamiste en le confondant avec l'ensemble des musulmans. Vous vous transformez, comme les autres, par cette mauvaise image que vous véhiculez, en agent recruteur de l'extrême droite. Il n'y a pas mieux que votre attitude pour effrayer les français, aggraver l'allergie qu'ils peuvent avoir pour l'islam. Votre ventoline est empoisonnée par votre relativisme qui trouve "l'exotisme" du sexisme islamiste si anodin ou, pire, si charmant.

Se déclarer féministe et laïque en faisant la promotion de la bigoterie religieuse et de l'accessoire vestimentaire le plus raciste et sexiste que l'Être humain a créé, et tout ça pour des raisons pédagogiques destinées aux enfants : on ne peut pas faire pire comme représentation des parents d'élèves inscrits dans les écoles publiques.

Et même si le voile avait une fonction religieuse, les soutanes ont été exclues de l'école laïque. Aujourd'hui, la FCPE souhaite introduire un autre vêtement religieux, uniforme également politique. Je vous propose alors d'aller au bout de votre "laïcité" : faites aussi la promotion du retour de la soutane à l'école publique.

FCPE et soutane

Le voile n'ayant rien de religieux en islam mais tout de sexiste par l'islamisme, je vous propose aussi de militer pour l'affichage du sexisme en général par les parents. Telle est votre "laïcité inclusive". Comme si la laïcité sans adjectif excluait. Par définition, la laïcité est inclusive. L'adjectiver est seulement le moyen d'y inclure ce que justement elle veut empêcher. Soyons précis : vous défendez le modèle anglo-saxon de la laïcité éloigné de l'esprit des fondateurs de la nôtre. Faire entrer le voile à l'école à travers des accompagnatrices, c'est poser un voile obscurantiste sur les Lumières. Aller sur le terrain de la laïcité, alors que le champ concerné est l'égalité des sexes, montre là encore une instrumentalisation de la laïcité pour rendre le sexisme acceptable.

Adjectiver la laïcité est le moyen d'y inclure ce que justement elle veut empêcher.

Mais cela n'est pas surprenant quand on connait les éléments de langage de l'islamisme politique qu'une partie de la FCPE relaie.

La FCPE relaie le CCIF

Le CCIF est une association d'extrême droite musulmane, idéologiquement la branche juridique des Frères musulmans. Selon cette association, les musulmanes portent le voile pour dire "non au mode de vie tel qu'il est pratiqué ici", pour montrer qu'elles refusent de "se mettre nues pour vendre du yaourt" (la parabole du yaourt circule depuis plus de 20 ans dans les milieux islamistes). Autrement dit, Il y a "eux" (les Français dépravés et sans "pudeur") et "nous" (les musulmans qui "se respectent"). C'est la définition même du communautarisme par des propos qui rejoignent la raison d'être du voile expliquée plus haut, en y ajoutant une touche identitaire et politique.

Marwan Muhammad, porte parole du CCIF, mosquée de Vigneux, 30 avril 2011.

Votre fédération fricote-t-elle avec des islamistes ? En tout cas, elle utilise leurs éléments de langage pour saper la laïcité de l'intérieur. Cela permet de faire entrer le voile par la fenêtre puisque la loi de 2004 a bloqué la porte. Tel serait le rôle d'une fédération de parents d'élèves dont vous êtes le président ?

Le plus important dans l'acronyme de votre fédération est le mot "élèves", pas le mot "parents". Les sorties scolaires sont destinées aux premiers, pas pour faire plaisir aux seconds comme le montre votre affiche. S'il y a des difficultés à trouver des accompagnatrices, pourquoi ne concentrez-vous pas votre communication sur les pères ? Votre patriarcat (pardon, votre "féminisme") freinerait une telle initiative ?

Vous trouvez normal qu'une mère soit dans l'incapacité psychologique de retirer son voile pour quelques heures afin de permettre une sortie scolaire, ce qui est un des critères du fanatisme. Vous souhaitez que l'école s'y adapte, montrer aux élèves que cela est anodin. Là encore j'ai du mal à saisir votre concept du féminisme et de la laïcité. Certes, vous ne pouvez pas, seul, lutter contre l'extrémisme religieux dont les corps des femmes sont toujours la première cible. Mais vous n'êtes pas non plus contraint d'en devenir le partenaire.

Votre orientation sexiste et communautaire portera-t-elle ses fruits dans les urnes ? J'espère que non. Si les résultats des prochaines élections vous seront favorables, cette victoire aura été rendue possible par le reniement de vos valeurs. Cela vous poursuivra longtemps. J'espère sincèrement que vous retrouverez votre boussole laïque et que votre "féminisme" se rapprochera de la définition du dictionnaire. Il en va moins de l'avenir de l'école publique que de votre fédération.

(1) « Comment peut-on relayer de tels photomontages, quand on est en responsabilité ? »

Compromission et relativisme politiqueTous les articles