Naëm Bestandji

Féminisme / Universalisme / Laïcité

dossiers - Islamisme politique - CRI

La Coordination contre le racisme et l'islamophobie a été dissoute

Par Naëm Bestandji . Publié le 21 Octobre 2021 à 18h30

La CRI (Coordination contre le racisme et l'islamophobie), concurrente de feu le CCIF, a été dissoute en conseil des ministres. Le document motivant cette décision a été partagé sur le compte Twitter du ministre de l'Intérieur :

Dissolution de la CRI 1

Dissolution de la CRI 2

Dissolution de la CRI 3

Pour avoir une petite idée de cette Coordination, son Président Abdelaziz Chaambi est un de ces exemples de militants de gauche qui ont basculé à l'extrême droite par leur militantisme islamiste. Son CV est impressionnant. Il est le co-fondateur des éditions Tawhid. Cette maison d'édition bien connue des islamistes publie les ouvrages des Frères musulmans. Tariq et Hani Ramadan sont en bonne place dans la maison (toutefois, depuis les accusations de viols, Tariq Ramadan est tombé en disgrâce). C'est aussi chez Tawhid que nous pouvons encore trouver le livre ultra misogyne et homophobe de Youssef Al-Qaradawi Le licite et l'illicite en islam, ou bien celui, dans la même veine, du salafiste A. D. Eldjazaïri La voie du musulman. Par ses livres, cette maison d'édition a fortement contribué au prosélytisme de l'intégrisme musulman en France.

Abdelaziz Chaambi est également un des initiateurs de l'appel Un débat pour tous en janvier 2013, pour lutter contre la future loi sur le "mariage pour tous". En bon militant d'extrême droite et ultra-conservateur, il tient des propos particulièrement homophobes en allant jusqu'à comparer le droit au mariage des homosexuels au droit à l'inceste et à la pédophilie.

Avant de présider la CRI, Abdelaziz Chaambi fut un membre très actif du mouvement des Indigènes de la République. Un mouvement racialiste dit "d'extrême gauche" à la philosophie raciste et antirépublicaine dont la figure médiatique, Houria Bouteldja, a illustré à de multiples reprises sa vision de la "race", des "blancs" et de l'islam version ultra-identitaire.

Comme tous ses collègues islamistes, Abdelaziz Chaambi est obsédé par la Palestine. Comme eux, cette obsession passe par le prisme religieux. Dans le cadre de ses activités militantes, il a ainsi déclaré à plusieurs reprises son soutien au Hezbollah (mouvement politique et paramilitaire djihadiste des intégristes chiites) et au Hamas (1).
Dans son fanatisme religieux, il va également jusqu'à se faire le relais de la communication du Jihad islamique en Palestine, mouvement où tout est dit dans son appellation lorsque nous observons ses actions.

Le Président de la CRI a déclaré à plusieurs reprises son soutien au Hezbollah et au Hamas.

Avec un tel profil, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il fut fiché S.

Je suis surpris que les motivations écrites de la dissolution de la CRI ne mentionnent pas tout ce que j'ai évoqué.

En revanche, il n'y a rien de surprenant à ce que la sphère de l'islamisme politique ainsi que ses soutiens racialistes expriment leur indignation contre cette dissolution. Ainsi, d'Alliance citoyenne au CCIE (émanation du CCIF) en passant par Sihame Assbague et Marwan Muhammad, tous ont apporté leur soutien à la CRI ou, au moins, affiché leur désapprobation de cette dissolution.

(1) La grande colère des musulmans de France

Islamisme politiqueTous les articles